logo stArt

VERNASSA Edmond

vernassa_exp3414-150vernassa-dessin-01-ppapie-froisse-350x112-150
 
 
Exposition Edmond Vernassa au Pôle Universitaire Saint-Jean d'Angely à Nice
du 7 novembre au 21 décembre 2009 (du lundi au vendredi, de 14h à 17h)

invit-vernassa
 
________
 
 
Marcel ALOCCO, Gérard ÉLI, FRANTA, Jacques GODARD, Jean-Jacques LAURENT, Nicolas LAVARENNE, Marie-France LESNÉ, Moulay Icham LIDRISSI, Jacques LUCAS, Jean MAS, Gilbert PEDINIELLI, Marc PIANO, Bernard REYBOZ, Bernard TARIDE, Monique THIBAUDIN, et Edmond VERNASSA figurent parmi les 43 artistes de l'exposition en grand format "PASSION PARTICULIÈRE", du 10 juillet au 10 octobre 2021, au Centre International d’Art Contemporain, Château de Carros-Village (06510).
 
L’exposition estivale au CIAC présente la pépinière artistique de notre territoire à travers le regard passionné d’une collectionneuse, la niçoise Danielle Santini. Porter aux yeux de tous un tel fonds privé, habituellement réservé à la contemplation domestique, est d’abord une manière de revisiter l’histoire de l’art.
Construite au fil de rencontres amicales et d’enthousiasmes partagés, la collection de Danielle Santini et de son conjoint l’artiste Gérard Éli rend compte des relations qu’ils entretiennent de longue date avec les peintres, photographes, sculpteurs, plasticiens d’ici et d’ailleurs, au point de façonner leurs lieux de résidence successifs à partir des œuvres de cette communauté toujours augmentée, dans une saturation visuelle parfois enivrante et des voisinages toujours surprenants.
Une exposition "HOMMAGE À BRUNO MENDONÇA" est présentée dans l’espace permanent au deuxième étage du Château durant le deuxième semestre 2021 ; les œuvres de Bruno Mendonça proviennent de la collection du CIAC – Ville de Carros, et sont pour l’essentiel issues de la donation effectuée par la famille de l’artiste en 2015.
Bruno figurant dans le cercle amical et dans la collection de Danielle Santini et Gérard Éli, cet accrochage complète naturellement l’exposition Passion Particulière.
Vernissage en continu le samedi 10 juillet 2021 de 10h à 18h.
 
PassionParticuliere
 
__________
 

Cette plaquette «Dans le Rétro», éditée en 2016,
retrace les 6 épisodes qui ont ponctué les 25 ans de stArt.
Elle accompagne 3 plaquettes d’exposition et un DVD
sur les activités du collectif durant ces dernières années.

Pour consulter le catalogue cliquez ici ou ci-dessous sur la couverture de l'édition

Dans le retro, 25 ans de stArt
 
________
 
 

Dîner de gala et Vente aux enchères d'art contemporain pour l'acquisition d'un robot chirurgical pédiatrique
Vendredi 13 juin 2014
à partir de 18 heures - dîner 20 heures -
The Event Lounge
Boulevard Général Wahis
16/F, 1030 Bruxelles.

Catalogue : stArt Editions.

Pour consulter cette édition cliquez sur l'image ci-dessous
Catalogue-Bruxelles

________

Vidéo de l'hommage rendu à Edmond VERNASSA le 29 octobre 2013,
au cours de l'inauguration de l'espace dédié à ses oeuvres
au Pôle Universitaire Saint-Jean d'Angély,
24 avenue des Diables Bleus à Nice.

François Voisin interprète des textes de Paule Stoppa
sur un accompagnement musical de Jean Wolfe Rosanis et Frédéric Audibert,
danse Annemari Auterre. Réalisation Fred Daudier.



________
Exposition Edmond VERNASSA "Au Fil du Temps"
à Sclos de Contes, du 17 au 26 août 2012.

Vernassa à Sclos de Contes

Parution Presse dans Le Patriote, août 2012.
Vernassa parution

Exposition thématique "Enfermement / Liberté"
de 38 artistes du collectif de stArt

Salle des fêtes de La Brigue Vallée de la Roya,du 27 juillet au 7 août 2011,
vernissage le dimanche 31 juillet à 11h.

Pour consulter le catalogue cliquer sur sa couverture ci-dessous.
enfermement-liberte
"Enfermement / Liberté", par France Delville.

Dans le catalogue de l’exposition Frédérik Brandi a écrit une préface très éthique, son introduction étant suivie d’un texte de Laborit dans « L’éloge de la fuite ». « Pour en finir avec l’enfermement dans la sensation fallacieuse de « liberté », titre-t-il, et il écrit : « Le vent passe sur les tombes et la liberté viendra, on nous oubliera ! Nous rentrerons dans l’ombre... »
Vous avez dit liberté ? Devant une aussi flamboyante idole érigée en thème d’exposition, les artistes n’ont évidemment pas c’est dans leur nature la sagesse ni le goût de l’effacement du partisan dans la complainte chantée par Anna Marly. Sachant résister à tout sauf à la tentation, les courageux participants n’ont donc pas hésité à s’enfermer dans leurs ateliers (qui a dit : « et dans leurs illusions » ?) pour s’emparer du sujet avec poésie, humour ou réalisme, et ainsi nous livrer le regard qu’ils portent sur le monde, laissant deviner le voile qu’ils jettent parfois sur la réalité, les barreaux qu’ils installent, les grilles qu’ils brisent, les frontières visibles ou invisibles, les contraintes, les évasions, la parole confisquée... À vous de voir, maintenant ».

Hejblum
« Enfermement et liberté » 2010, de Bernard Hejblum.

Puis vient le texte de Laborit : « La notion d’absence de liberté humaine est difficile à admettre, quelle que soit la structure sociale de l’auditoire, car elle aboutit à l’écroulement de tout un monde de jugements de valeur sans lequel la majorité des individus se sentent désemparés. L’absence de liberté implique l’absence de responsabilité, et celle ci surtout implique à son tour l’absence de mérite, la négation de la reconnaissance sociale de celui ci, l’écroulement des hiérarchies. En effet, loin d’être « une donnée immédiate de la conscience », la liberté, ou ce que nous appelons liberté, c’est la possibilité de réaliser des actes qui nous gratifient, de réaliser notre projet, sans nous heurter au projet de l’autre. Mais l’acte gratifiant n’est pas libre. Il est même entièrement déterminé. Dans un ensemble social, la sensation fallacieuse de liberté pourrait s’obtenir en créant des automatismes culturels tels que le déterminisme comportemental de chaque individu aurait la même finalité. L’individu agirait ainsi pour éviter la punition sociale ou pour mériter sa récompense...
Les sociétés libérales ont réussi à convaincre l’individu que la liberté se trouvait dans l’obéissance aux règles des hiérarchies du moment et dans l’institutionnalisation des règles qu’il faut respecter pour s’élever dans ces hiérarchies.
Comment être libre quand une grille explicative implacable nous interdit de concevoir le monde d’une façon différente de celle imposée par les automatismes socio culturels qu’elle commande ? La liberté commence où finit la connaissance. Ce que l’on peut appeler « liberté », si vraiment nous tenons à conserver ce terme, c’est l’indépendance très relative que l’homme peut acquérir en découvrant, partiellement et progressivement, les lois du déterminisme universel. Il est intéressant de chercher à comprendre les raisons qui font que les hommes s’attachent avec tant d’acharnement à ce concept de liberté. Tout d’abord, il est sécurisant pour l’individu de penser qu’il peut « choisir » son destin, puisqu’il est libre. Or, dès qu’il naît au monde, il cherche sa sécurisation dans l’appartenance aux groupes : familial, professionnel, de classe, de nation, etc., qui ne peuvent que limiter sa prétendue liberté. Il lui est agréable aussi de penser qu’étant libre il est « responsable ».
La liberté ne se conçoit que dans l’ignorance de ce qui nous fait agir. Elle ne peut exister au niveau conscient que dans l’ignorance de ce qui anime l’inconscient. Il faut reconnaître que cette notion de liberté a favorisé l’établissement des hiérarchies de dominance puisque, dans l’ignorance des règles qui président à leur établissement, les individus ont pu croire qu’ils les avaient choisies librement et qu’elles ne leur étaient pas imposées. Dès que l’on abandonne la notion de liberté, on accède immédiatement, sans effort, sans tromperie langagière, sans exhortations humanistes, sans transcendance, à la notion toute simple de tolérance. Mais, là encore, c’est enlever à celle ci son apparence de gratuité, et supprimer le mérite de celui qui la pratique...
On croit l’autre libre et responsable s’il ne choisit pas le chemin de la vérité, qui est évidemment celui que nous avons suivi. Mais si l’on devine que chacun de nous depuis sa conception a été placé sur des rails dont il ne peut sortir qu’en « déraillant », comment ne pas tolérer, même si cela nous gêne, qu’il ne transite pas par les mêmes gares que nous ? Et curieusement, ce sont justement ceux qui « déraillent », les malades mentaux, ceux qui n’ont pas supporté le parcours imposé par le destin social, pour lesquels nous sommes le plus facilement tolérants. Il est vrai que nous les supportons d’autant mieux qu’ils sont enfermés dans la prison des hôpitaux psychiatriques. Notez aussi que si les autres sont intolérants envers nous, c’est qu’ils nous croient libres et responsables des opinions contraires aux leurs que nous exprimons. C’est flatteur, non ? (D’après Henri Laborit : Éloge de la fuite, Éd. Robert Laffont, Paris, 1976).

L’art ? une simple affaire de lucioles.

J’ai moi-même dans ce catalogue concocté un « éloge de l’art », sous le titre : « L’Art : une simple affaire de lucioles » : « Rayures de toutes sortes, strates de l’horreur que la couleur rend encore plus absurdes, effilochements, chutes diverses, nudités, effacements des visages comme des corps, barbelés, grillages, cages, géographies de l’esclavage et même prothèses, poisons, illusions ultimes pour le bardo dernier barda et le biologique comme déterminisme, et le trou noir, le cache, toutes oblitérations confondues...
Dans « L’affaire Moro » (1978), Leonardo Sciascia cite Pasolini ayant appelé disparition des lucioles une certaine période noire de l’histoire de l’Italie : « ... les choses horribles qui ont été organisées de 1969 à aujourd’hui, dans la tentative, jusqu’à présent formellement réussie, de conserver à tout prix le pouvoir... ».
Entre les périodes noires, au sein même des périodes noires, quelque chose peut, malgré tout, briller - des sortes de lucioles (de lux, lumière) que sont les œuvres d’art, y compris l’art des fous : à l’extrême « Face à l’anéantissement », du suédois Carl Frederik Hill, un homme et une femme marchant sur des cadavres. Comme Gilbert Pedinielli nous rend répétitivement sensible l’éclair qui a zébré la beauté de Marilyn...

« Schizophrénie »,
Pedinielli Série « seuls les mythes ont la vie dure »,
de Gilbert Pédinielli.

Enfermement liberté : quel couple, depuis toujours. Pour toujours ? Même la solution aura failli être détruite. Par Hitler. Art dégénéré. Dont Fritz Levedag, avec sa « ligne illimitée », pourrait être l’enseigne, car il est écrit : « La recherche sur la liberté de la ligne est radicale ... Pour avoir produit de l’art abstrait, il fut envoyé au front, d’où, au delà du risque mortel d’y passer à chaque heure, il tira une maladie qui, quelques années plus tard, le fit trépasser. Et : « Plus tard, en Norvège où il fut soldat, la hiérarchie chercha à éliminer Fritz Levedag parce qu’à la lueur du soleil de minuit il se livrait à une activité on ne peut plus criminelle : peindre des formes abstraites ». Pendant ce temps, tous les médecins, psychiatres, pseudo psychanalystes de l’Allemagne nazie, sous la houlette de Matthias Göring, établirent une « psychothérapie » qui chercha à TOUT guérir, et particulièrement la liberté intérieure qui s’appelle le Sujet, cette dimension unique, inaccessible, son secret. Dimension intime insupportable à un Etat (état ultime de la Folie élevée au rang de la Foule) qui mit en place la fabrique d’assujettis propres à la reproduction, à l’usine, à la guerre. Il y eut donc, parmi ces services... ces sévices... un secteur, une sorte de ministère, de la weltanschauung. Ce n’est pas une plaisanterie : on allait soigner la vision du monde des gens, en faire un système de représentations pour bon aryen, qu’on l’écrive comme on veut. Jean Leppien, allemand qui refusa de faire la guerre, entra dans la résistance, exécuta une série de tableaux, dits abstraits, c’ est à dire extraits, tirés au cordeau, à la corde pour ne pas se pendre de l’horreur, et qui passent pour des barreaux de prison, sur fond d’un ciel phosphorescent.

« Tension noire » de Bernard Abril. Abril

La « Tension noire » de Bernard Abril montre les mêmes fractures, obliques : les barreaux de prison ne sont rectilignes que dans le Réel, mais ils font de l’intérieur de l’humain enfermé un miroir brisé. On reprocha au Nouveau Réalisme, à Restany et ses disciples, d’avoir parlé d’autre chose que du pouvoir de l’homme sur l’homme, on leur a reproché d’avoir évité de mettre les pieds dans le plat.
D’un air triste, du bord de son sourire, Rony Brauman, lui, ne cesse de dire ce qu’il voit qui se passe, et que personne ne veut entendre. Personne, non. Mais tant sont « sidérés ». L’Histoire est faite de sidérations successives. Il y a une raison profonde à cela, et irréductible elle aussi, et qui vient de la fracture entre le mot et la chose. Le pervers se sert de cette faille, il profite qu’il n’y aura jamais de preuve... à prendre dans la main, dans l’esprit, à nouer définitivement... preuves du Crime. Du crime, du délit. Le pervers le sait, qu’il pourra toujours nier. Qu’ON pourra toujours nier. On le tient comme un épouvantail, ce « on », comme bouclier, pour s’avancer sur le champ de bataille et faire une hécatombe de plus. Dénis, négationnismes renaissent tels les meilleurs phénix du monde...
La raison irréductible du malentendu mortel, assassin, c’est que l’enfermement premier est dans la logique elle même. Logique indispensable et impossible scientifiquement. La Science quand elle se veut perverse s’en sert à tours de bras. Ce qui enferme devrait ouvrir, pourrait ouvrir, au prix de la notion d’infini, comme Klee l’a revendiqué pour lui même. Au nom des mathématiques et de la physique modernes, l’incomplétude, l’indécidable, l’indéterminé dont Bernar Venet a fait son concept maître ont fait rappel à l’ordre. Sur le « je sais que je ne sais rien », la littérature moderne a carrément fondé l’inarticulé.
Enfant, Einstein voulait chevaucher un rayon de lune, et Hiroshima sera une curieuse apothéose pour le maniement de l’atome. Que l’observateur fasse partie du système observé peut être éventuellement au fondement d’une éthique de l’autre, une irruption, arbitraire comme l’est le signifiant, du droit de l’autre à être. Et, bien sûr, c’est le contraire : l’angoisse de ne pas être qui produit le meurtre de l’autre. De l’autre en soi. Sur l’autre. Meurtre non pas de l’autre, mais sur l’autre, sur le bouc émissaire. La prison où l’on enferme l’autre n’est qu’un dispositif pour tuer l’angoisse, tuer la mort.

Vendredi 26 août 2011 , par France Delville.

invit-vernassa-150
A l'occasion de la Conférence-Exposition portant sur l'oeuvre d'Edmond Vernassa au Pôle Universitaire Saint-Jean d'Angely à Nice du 7 novembre au 21 décembre 2009, l'Université Nice-Sophia Antipolis a consacré le n° 10 de leur magazine "CultureScience.mag" intégralement à l'analyse de l'oeuvre d'Edmond Vernassa.

Ce magazine est consultable au format PDF en cliquant sur l'image ci dessous:
c'est une mine d'informations précieuses sur le travail d'Edmond Vernassa.
couv-magazine-150
invit-vernassa-150
A l'occasion de la Conférence-Exposition portant sur l'oeuvre d'Edmond Vernassa au Pôle Universitaire Saint-Jean d'Angely à Nice du 7 novembre au 21 décembre 2009, l'Université Nice-Sophia Antipolis a consacré le n° 10 de leur magazine "CultureScience.mag" intégralement à l'analyse de l'oeuvre d'Edmond Vernassa.

Ce magazine est consultable en format PDF en cliquant sur l'image ci dessous:
c'est une mine d'informations précieuses sur le travail d'Edmond Vernassa.
couv-magazine-150
Exposition Edmond Vernassa au Pôle Universitaire Saint-Jean d'Angely à Nice
du 7 novembre au 21 décembre 2009 (du lundi au vendredi, de 14h à 17h)

invit-vernassa

Exposition thématique "Interrogations", Maison des Artistes, Cagnes sur Mer
du 20 janvier au 8 février 2009

Interrogations « Interrogations » traduit la diversité artistique contemporaine en peinture, sculpture et photographie. Exposition ouverte, variée, éclatée, divergente, décomplexée. Optant pour la multiplicité, le pluralisme, l’envolée des couleurs, elle encourage le public à faire preuve d’une errance curieuse dans cette exposition particulière.

Certains artistes se sont cooptés les uns les autres afin de présenter leurs œuvres côte-à-côte -ou face à face- dans un dialogue (ou une complémentarité) intéressant. Les changements d’échelles, les télescopages, l’incongruité et la fragmentation de ces travaux leur donnent une étrangeté familière. L’important ici est le processus de l’échange, de la rencontre, même fortuite, et non la construction d’un signifiant a priori. Parfois le sens de leur propos surgit, évident. Parfois non ! A vous de démêler ces points de convergence et d’essayer de pénétrer leur univers, de comprendre cet échange artistique et ses « interrogations » picturales.
Bonne promenade ! - Gilbert Baud.
 
 
dsc01139
dsc01129
dsc01130
dsc01132
dsc01133
dsc01134
dsc01140
dsc01142
Artistes présentés : Boizard, Dupont, Eli, Gaudet, Hejblum, Kraus, Laurent, Mardi, Moreau, Piano, Reyboz, Thibaudin, Vernassa, Voliotis.
 
________


Articles rédigés par Paule STOPPA dans "Le Patiote"

interrogations_1ere_partie


Deuxième partie

Une dernière grande salle réunit – avec toujours le même souci des convergences possibles, les cages écrasées de Bernard Hejblum, les récents travaux du plasticien plasturgiste, Edmond Vernassa, et deux toiles du peintre et critique d’art Michel Gaudet. On admirera de cet ami très cher, le raffinement dans l’organisation des couleurs, la jeunesse de cette coulée orange ensoleillée – une toile datée 2009- autour de laquelle s’inscrit, discrète, fluide et comme estompée par sa grâce même, la flottaison des bleus, des jaunes, l’ordre élégant du créateur.

Aplaties, certaines des cages de Bernard Hejblum, désormais amputées de leur fonction d’incarcération, sont fixées, vissées, sur de grandes plaques de plexiglas, d’autres, accrochées au mur par leur grillage projettent leurs ombres désormais impuissantes. De loin, certaines affichent encore quelque volume, troublant pour l’œil et pour l’esprit. Du fracas des armatures rompues, des portes arrachées, de ces mailles de métal disloquées, ces cages mortes, l’artiste tire la matière première de son œuvre Les dentelles de métal deviennent réseaux de signes, hiéroglyphes, supports au service de l’exigeante liberté.

Troublantes aussi, les deux œuvres récentes d’Edmond Vernassa, une spirale vue de haut qui quoique plate sur son support aspire, entraîne le spectateur dans un illusoire mouvement hélicoïdal, un circuit qui jamais ne cesse, un espace clos qu’agitent de subtils soulèvements internes. Sous l’apparente simplicité de l’œuvre, des années de travail sur le mouvement de la matière, la lumière, les reflets. Un triangulaire vertige bleu – c’est la seconde pièce- émane des lanières de plexi dont seul le maître connaît la disposition savante. Plat, le support, mais des reliefs, des creux, de perpétuels changements.

Un monde, enfin, hors normes. L’œuvre commune de Jean-Jacques Laurent et de Monique Thibaudin occupe l’une des petites salles du deuxième palier. Après des années d’amitié, chacun menant de par soi, sa démarche artistique, les deux artistes se sont avisés de leurs points communs et ont commis ensemble une originale installation. Deux antibustes de M.Thibaudin, taille à taille, gainés de résille pourpre occupent en biais le sol. Privés de têtes, ils n’entendent ils ne voient rien. Ils sont dans l’absence, vides comme la chaise vide et de dos, placée au coin supérieur de ce petit échafaudage. Au-dessus des sculptures, de grandes plaques de plexiglas transparent portent des personnages aux yeux globuleux, aux contours incertains, des visages, qui eux, regardent, qui tentent d’écouter d’entendre les bruits, les rythmes du monde, l’oreille l’œil aux aguets. Variations pourpres, c’est le titre de ces dessins à l’encre lithographique sur papier de soie, c’est l’exemple d’une complémentarité, finalement rare, entre deux créateurs.

Contiguë, la presque chapelle qu’occupent trois œuvres, très représentatives des choix et du style de Pascale Dupont. Ce paravent, sculpture verticale à trois volets, plâtre sur grillage, avec pigments et brou de noix, dont la patine, comme pour les deux autres pièces semble remonter à l’origine des temps. Des matériaux pauvres qu’elle recherche et pratique, bois usés, planches, cartons, ficelle, l’artiste fait son support et son bien. C’est un buste aux lignes pures, sans tête, à consonance presque sacrée, posé sur un socle blanc. C’est au mur de cet espace préservé, deux personnages peints – touches légères du rouge, du blanc- sur des planches de bois superposées. L’ensemble, où le brun domine, pourrait se nommer « harmonie brune ». Il se nomme « Archéologie ».

Et se nomme, INTERROGATIONS, celles des artistes, celles des visiteurs, celles que les premiers posent aux seconds, et réciproquement, la très prodigieuse et riche aventure qui vous attend à Cagnes, Place du Château, Maison des Artistes, jusqu’au 8 février 2009

Paule Stoppa.

Artistes : Boizard, Dupont, Eli, Gaudet, Hejblum, Kraus, JJ Laurent, Mardi, Moreau, Piano, Reyboz, Thibaudin, Vernassa, Voliotis.

________

a-poils-pfCommissaire d'exposition : Gilbert BAUD pour l'Association stArt,
texte de présentation par Jacques SIMONELLI.

Voir le catalogue en  PDF

 

La médecine et la zoologie modernes s’accordent à regrouper l’ensemble des revêtements corporels dont se protègent, se parent, ou qu’utilisent les êtres animés sous le nom de phanères ; plumes, poils, écailles, ongles, griffes, cornes et sabots sont tous en effet, si variés que soient leurs aspects, des productions épidermiques issues des téguments.

De même la médecine traditionnelle chinoise les rassemble-t-elle, malgré leurs apparences contrastées, sous le nom des cinq protections, chacune de celles-ci se trouvant liée à l’un des cinq mouvements énergétiques fondamentaux qui rythment la vie.

Au Bois correspondent ainsi les animaux velus, au Feu les animaux à plumes, à la Terre les animaux à peau nue (l’homme en particulier), au Métal les animaux à cuirasse, à l’Eau les animaux à écailles. L’homme, centre de notre état de manifestation, est tout naturellement lié à la terre, où il résume et synthétise les capacités des Dix mille êtres, c’est à dire de la totalité des êtres existants, pour transmettre la réponse terrestre aux influx du Ciel, selon son rôle de médiateur dans la triade Ciel-Terre-Homme.

Si l’homme est décentré, excentré, ce qui est le cas du plus grand nombre dans les époques de décomposition telles que celle que nous traversons, l’épiderme cesse d’être l’interface permettant contact et échanges harmonieux entre l’homme intérieur et son environnement. Il n’est pas exceptionnel que le déséquilibre entre l’homme, réduit qu’il se trouve ainsi aux plus inférieures de ses possibilités, et le cosmos se traduise par une altération maladive de ses phanères, et que ceux-ci en viennent à mimer le type de protection tégumentaire de telle ou telle espèce animale.

En pathologie, on observera alors :

une forme congénitale d’hypertrichose, maladie caractérisée par la pilosité du visage et de tout le corps, illustrée à l’époque maniériste par les portraits de la famille Gonzalez, souvent joints aux expositions des œuvres d’Arcimboldo, et que la médecine européenne de l’époque, dans sa classification en quatre éléments, reliait au Feu, alors que la médecine orientale les attribuerait au Bois ; des hypertrophies du tissu épidermique, majorées par celles des tissus conjonctifs et osseux, caractérisant le syndrome de Protée (dont la victime la plus célèbre reste le malheureux Elephant Man, aux déformations si fidèlement restituées dans le film de David Lynch) et liées à la Terre ; une ichtyose et ses squames, évidemment liée à l’Eau. En littérature, l’imagination de Lovecraft peuplera les rues d’Innsmouth de créatures mi hommes mi poissons, à l’échine écailleuse et d’odeur repoussante ; une sclérodermie diffuse, fibrose cutanée et vasculaire où la peau enserre les membres et le thorax comme une véritable cuirasse cartonnée, correspond au mouvement du Métal, dont le dynamisme est de durcir en rétractant.

Les naissances monstrueuses d’enfants munis de cornes, de sabots et de griffes rapportées par Belleforest et Boaistuau, chroniqueurs du XVIe siècle, traduisent la fascination et la peur d’hybridations contre nature entre l’homme et l’animal, présages de catastrophes, et qu’expriment les sphinges ailées de Mossa, à l’affût sur les toits d’une ville engloutie, d’un tableau du musée Chéret à Nice.

Dans l’exposition organisée à l’initiative de Gilbert Baud, et portant sur ce thème des cinq protections, on verra comment les différents aspects des enveloppes corporelles, offerts comme support à l’imagination des artistes, évoquent aussi les cinq sens, eux-mêmes liés aux cinq mouvements de la physiologie taoïste.

Si toutes les pièces - souvent issues de trouvailles, rencontres, assemblages, signes et traces préexistants - s’adressent d’abord à la vue, la surface lisse du verre, des céramiques émaillées, ou la rugosité des grès, des murs lépreux et graffités, appelle aussi le toucher, les grands bruissements d’ailes ou le frémissement des plumes duveteuses intéressent l’ouïe, telle bouche prête à mordre suggère la saveur, herbes séchées, fibres, pigments agacent les narines. Le tout orchestré par les noces du désir et de la mort, moteurs rivaux et secrets de ces parades nuptiales et guerrières – mues des fourrures et des plumages, chants d’oiseaux, cornes belliqueuses, cuirasse hérissée de piquants.

Il convient de goûter tous ces prestiges, sans trop s’y laisser prendre, puisque “Les cinq couleurs aveuglent l’œil, les cinq notes assourdissent l’oreille, les cinq saveurs gâtent la bouche, courses et chasses affolent le cœur” (Tao Te King, ch.12), et de se tourner vers l’espace intérieur où “les âmes spirituelles se fixent sur les charnelles” (id, ch. 10), comme le Ciel s’unit à la Terre et produit la Vie. Il ne s’agit plus alors de la limite entre un individu et son environnement, mais de l’union intime qui fonde l’existence humaine, et que donnent à pressentir, en leur dimension introspective, quelques-unes des œuvres réunies.

Jacques Simonelli.

LES ARTISTES :
Angelo ALIOTTA, Isabelle BOIZARD, Kim BOULUKOS, Gilbert CASULA, Véronique CHAMPOLLION, Jean-Louis CHARPENTIER, Cathie COTTO, Pascale DUPONT, Gérard ELI FRANT, Olivier GARCIN, Michel GAUDET, Claude GIORGI, Jean-Pierre GIOVANELLI, Jacques GODARD, Didier HAYS, Bernard HEJBLUM, Hala HILMI HODEIB, Judith KAANTOR & Jean Wolfe ROSANIS, Roland KRAUS, Yvon LE BELLEC, LOOKACE BAMBER, Renaud MARIDET dit MARDI, Bruno MENDONÇA, Daniel MOHEN, Jean Gustave MOULIN, Margaret MICHEL, Gilbert PEDINIELLI, Marc PIANO, Bernard REYBOZ, RICO ROBERTO, Serenella SOSSI, Bernard TARIDE, Monique THIBAUDIN, Edmond VERNASSA, Hubert WEIBEL.

Catalogue avec 50 illustrations couleurs, en vente sur demande : 10 euros hors frais de port.


 
Catalogue de la Vente aux enchères au bénéfice des enfants atteints de leucémie,
Avec le concours des associations Ensemble avec Benoît
et Léonard, Nicolas, Andréa et les autres...
PALAIS STÉPHANIE ex hôtel HILTON, Cannes-Croisette
le 7 décembre 2007 à 18h.
encheres-2007-1


« Vernassa », 2003 ISBN : 2-913222-19-6,
8 p, quadri, dépliant, 5. Texte de Jacques SIMONELLI; épuisé.

plaquette-vernassa-web-1
Voir la plaquette  PDF réalisée par les éditions stArt, à lʼoccasion de lʼexposition
d'Edmond Vernassa Laurent dans les ateliers de lʼInternational Academy of Arts de Vallauris
avril 2003

___
Catalogue de l'exposition thématique "Enfermement Liberté" de 38 artistes du collectif de stArt
dans la salle des fêtes de La Brigue Vallée de la Roya,du 27 juillet au 7 août 2011,
vernissage le dimanche 31 juillet à 11h.

Textes de France DELVILLE et Frédérik BRANDI.
Imprimé à Nice, ISBN 2-913222-82-X, juillet 2011.

Dans le catalogue de l’exposition Frédérik Brandi a écrit une préface très éthique, son introduction étant suivie d’un texte de Laborit dans « L’éloge de la fuite ». « Pour en finir avec l’enfermement dans la sensation fallacieuse de « liberté », titre-t-il, et il écrit : « Le vent passe sur les tombes et la liberté viendra, on nous oubliera ! Nous rentrerons dans l’ombre... » Vous avez dit liberté ? Devant une aussi flamboyante idole érigée en thème d’exposition, les artistes n’ont évidemment pas c’est dans leur nature la sagesse ni le goût de l’effacement du partisan dans la complainte chantée par Anna Marly. Sachant résister à tout sauf à la tentation, les courageux participants n’ont donc pas hésité à s’enfermer dans leurs ateliers (qui a dit : « et dans leurs illusions » ?) pour s’emparer du sujet avec poésie, humour ou réalisme, et ainsi nous livrer le regard qu’ils portent sur le monde, laissant deviner le voile qu’ils jettent parfois sur la réalité, les barreaux qu’ils installent, les grilles qu’ils brisent, les frontières visibles ou invisibles, les contraintes, les évasions, la parole confisquée... À vous de voir, maintenant ».

Pour consulter l'édition réalisée pour cette exposition cliquez sur l'image ci-dessous.
enfermement liberte
 
________
 
 
Catalogue édité par stArt : 32 artistes de l'Atelier 49 (Vallauris), octobre 2001.

Pour consulter l'édition cliquez sur l'image ci-dessous
atelier49-2001

« 32 artistes de l’atelier 49», 2001  ISBN : 2-913222-07-2 ,
34 p, quadri, broché, 10 . Texte de Raphaël MONTICELLI, épuisé.


________