boulukos-pf.jpg abril-rythmes_et_tensions-2012.jpg eli-pf.jpg godard-pf.jpg bosschot-2013.jpg thiry-pf.jpg bayard-pf.jpg aliota-nucleus-pf.jpg reyboz-pf.jpg bosi-pf.jpg abril-pf.jpg gilles-pf.jpg aliotta-pf.jpg goalec-pf.jpg cotto_cathie.jpg kaantor-170.jpg hodeib-170.jpg parisi-2011.jpg reyboz_2012.jpg rosa-pf.jpg krefeld-pf.jpg taride-pf.jpg pedinielli-170.jpg goalec-2.jpg pellegrino.jpg moulin-pf.jpg boizard-pf.jpg hejblum-pf.jpg monde-blanc-labrigue.jpg lebellec-pf.jpg laurent2-pf.jpg charpentier-pf.jpg champollion-pf.jpg altmann-pf.jpg bayard-adrien.jpg vernassa-pf.jpg chandelier-pf.jpg cursaro-pf.jpg dupont.jpg laurent1-pf.jpg michel-pf.jpg Riviere_2012.jpg weibel-170.jpg haasz-pf.jpg lidrissi-pf.jpg reyboz-2-pf.jpg nivese-pf.jpg kraus_2010.jpg 20-ans-start.jpg lucas-pf.jpg bamber-pf.jpg piano-pf.jpg thibaudin.jpg polacci-170.jpg archetype.jpg
logo stArt
Visites

Aujourd'hui:22
Hier:13
Ce mois:493
Mois dernier:845
Cette année:1338
An dernier:18968
Total visites:125198
Depuis:09-2009
Accueil Sculpture THIBAUDIN Monique Exposition thématique "Interrogations", 2009
Sculpture - THIBAUDIN Monique

Exposition thématique "Interrogations", Maison des Artistes, Cagnes sur Mer
du 20 janvier au 8 février 2009

Interrogations « Interrogations » traduit la diversité artistique contemporaine en peinture, sculpture et photographie. Exposition ouverte, variée, éclatée, divergente, décomplexée. Optant pour la multiplicité, le pluralisme, l’envolée des couleurs, elle encourage le public à faire preuve d’une errance curieuse dans cette exposition particulière.

Certains artistes se sont cooptés les uns les autres afin de présenter leurs œuvres côte-à-côte -ou face à face- dans un dialogue (ou une complémentarité) intéressant. Les changements d’échelles, les télescopages, l’incongruité et la fragmentation de ces travaux leur donnent une étrangeté familière. L’important ici est le processus de l’échange, de la rencontre, même fortuite, et non la construction d’un signifiant a priori. Parfois le sens de leur propos surgit, évident. Parfois non ! A vous de démêler ces points de convergence et d’essayer de pénétrer leur univers, de comprendre cet échange artistique et ses « interrogations » picturales.

Bonne promenade !
Gilbert Baud

Artistes présentés : Boizard, Dupont, Eli, Gaudet, Hejblum, Kraus, Laurent, Mardi, Moreau, Piano, Reyboz, Thibaudin, Vernassa, Voliotis.

Articles rédigés par Paule STOPPA dans "Le Patiote" :
interrogations_1ere_partie


Deuxième partie

Un dernière grande salle réunit – avec toujours le même souci des convergences possibles, les cages écrasées de Bernard Hejblum, les récents travaux du plasticien plasturgiste, Edmond Vernassa, et deux toiles du peintre et critique d’art Michel Gaudet. On admirera de cet ami très cher, le raffinement dans l’organisation des couleurs, la jeunesse de cette coulée orange ensoleillée – une toile datée 2009- autour de laquelle s’inscrit, discrète, fluide et comme estompée par sa grâce même, la flottaison des bleus, des jaunes, l’ordre élégant du créateur.

Aplaties, certaines des cages de Bernard Hejblum, désormais amputées de leur fonction d’incarcération, sont fixées, vissées, sur de grandes plaques de plexiglas, d’autres, accrochées au mur par leur grillage projettent leurs ombres désormais impuissantes. De loin, certaines affichent encore quelque volume, troublant pour l’œil et pour l’esprit. Du fracas des armatures rompues, des portes arrachées, de ces mailles de métal disloquées, ces cages mortes, l’artiste tire la matière première de son œuvre Les dentelles de métal deviennent réseaux de signes, hiéroglyphes, supports au service de l’exigeante liberté.

Troublantes aussi, les deux œuvres récentes d’Edmond Vernassa, une spirale vue de haut qui quoique plate sur son support aspire, entraîne le spectateur dans un illusoire mouvement hélicoïdal, un circuit qui jamais ne cesse, un espace clos qu’agitent de subtils soulèvements internes. Sous l’apparente simplicité de l’œuvre, des années de travail sur le mouvement de la matière, la lumière, les reflets. Un triangulaire vertige bleu – c’est la seconde pièce- émane des lanières de plexi dont seul le maître connaît la disposition savante. Plat, le support, mais des reliefs, des creux, de perpétuels changements.

Un monde, enfin, hors normes. L’œuvre commune de Jean-Jacques Laurent et de Monique Thibaudin occupe l’une des petites salles du deuxième palier. Après des années d’amitié, chacun menant de par soi, sa démarche artistique, les deux artistes se sont avisés de leurs points communs et ont commis ensemble une originale installation. Deux antibustes de M.Thibaudin, taille à taille, gainés de résille pourpre occupent en biais le sol. Privés de têtes, ils n’entendent ils ne voient rien. Ils sont dans l’absence, vides comme la chaise vide et de dos, placée au coin supérieur de ce petit échafaudage. Au-dessus des sculptures, de grandes plaques de plexiglas transparent portent des personnages aux yeux globuleux, aux contours incertains, des visages, qui eux, regardent, qui tentent d’écouter d’entendre les bruits, les rythmes du monde, l’oreille l’œil aux aguets. Variations pourpres, c’est le titre de ces dessins à l’encre lithographique sur papier de soie, c’est l’exemple d’une complémentarité, finalement rare, entre deux créateurs.

Contiguë, la presque chapelle qu’occupent trois œuvres, très représentatives des choix et du style de Pascale Dupont. Ce paravent, sculpture verticale à trois volets, plâtre sur grillage, avec pigments et brou de noix, dont la patine, comme pour les deux autres pièces semble remonter à l’origine des temps. Des matériaux pauvres qu’elle recherche et pratique, bois usés, planches, cartons, ficelle, l’artiste fait son support et son bien. C’est un buste aux lignes pures, sans tête, à consonance presque sacrée, posé sur un socle blanc. C’est au mur de cet espace préservé, deux personnages peints – touches légères du rouge, du blanc- sur des planches de bois superposées. L’ensemble, où le brun domine, pourrait se nommer « harmonie brune ». Il se nomme « Archéologie ».

Et se nomme, INTERROGATIONS, celles des artistes, celles des visiteurs, celles que les premiers posent aux seconds, et réciproquement, la très prodigieuse et riche aventure qui vous attend à Cagnes, Place du Château, Maison des Artistes, jusqu’au 8 février 2009

Paule Stoppa.

Artistes : Boizard, Dupont, Eli, Gaudet, Hejblum, Kraus, JJ Laurent, Mardi, Moreau, Piano, Reyboz, Thibaudin, Vernassa, Voliotis.

________